Chapitre 4: Contes pour enfants.

 

 

Voici le:  Livre 1, Chapitre 4: Contes pour enfants

         Nous retournâmes à la grotte, en silence. Ils étaient tous les quatre repus de leur repas. Jetant un coup d'oeil derrière mon épaule, je vis la fumée qui montait jusqu'aux cieux. Je souris, comme victorieuse face au destin. Maria: 1 - Destn: 0. Leur premier repas s'était déroulé sans que les humains ne s'aperçoivent de rien. J'avais gagné face à la nature elle-même. Il arrivait souvent que les Volturi tuent des Nouveaux-Nés intenables. J'en avais quatre, et aucun avait provoqué de catastrophes. Je rentrai soulagée, fière et défiant le monde entier. Je m'assieds en sirène sur un rocher et indique aux quatre beaux gosses de s'installer confortablement. Je leur avais promis une histoire et, tels de jeunes garçons à la nuit tombée, ils attendaient, une lueur de magie et d'impatience dans les yeux. Ils étaient quatre gravures de mode, ainsi posés à même le sol. On eût dis de jeunes mannequins posant pour des sous-vêtements, cette même assurance récente du corps qui les conduisait à se poser harmonieusement, ce qu'ils n'auraient pas fait peu de temps auparavant.

 

 

            « Je vais donc vous raconter l'histoire de la famille de vampires italienne: les Volturis. Ils étaient trois, trois vampires à peine matures qui avaient décidé de s'allier pour régner sur leur contrée. Il y avait Aro, Caïus et Marcus. Aro possédait un don: il pouvait, en touchant une personne, entendre et comprendre toutes ses pensées. Passées et présentes. Bien sûr, il ne peut pas connaître tous les détails immédiatement, mais peut réécouter les pensées sans re-toucher la personne, et même en son absence. Ainsi, grâce à son don, il devint naturellement le porte-parole du clan. En effet, d'un simple effleurement, il peut connaître les décisions et les avis des deux autres, et ainsi trouver la réponse majoritaire. On croit souvent - à tord - qu'il est le chef. Ce n'est pas vrai, il est simplement le porte-voix, et souvent celui qui juge avec le plus de données. Après avoir créé son clan, il transforma sa petite soeur, désireux de savoir si elle aussi avait son don, ou un autre. Il fut assez déçu, car Didyme ne possédait, selon lui, pas de don. Elle en avait un, mais, pour un chef de clan comme Aro, il n'était guère utile. Elle était une aura de bonheur et d'amour. Aussi, ce fut Marcus qui sucomba à ses charmes, et qui devint son mari. Etrangement, les liens entre Aro et Marcus, bien qu'ils furent officillement désormais frères - certes par alliance - n'en furent pas renforcés, au contraire. 

   « Caïus, lui, ne possédait pas de don, et On-Dit que c'est la cause de son intransigeance envers les vampires ayant enfreint une loi. Il jalouse ses deux frères. Car Marcus est aussi pourvu d'un don, cependant mésestimé. D'un regard, il connaît exactement la relation qui unit deux personnes, ou un groupe de personnes entre elles.

   « Ainsi, à quatre, ils établirent des projets. Ils avaient un but ultime. Ils souhaitaient que les vampires cessent de paraître à l'oeil des humains. En effet, à l'époque, c'est à dire pendant l'antiquité, les vampires ne se cachaient pas aux yeux des humains, et apparaissaient régulièrement pour tuer une ou deux personnes. Souvent, leur territoire s'étendait à plusieurs villages, ce qui espaçait leurs visites dans un village à une fois tous les deux mois. Mais ceux-là, contrairement à nous, se nourissaient souvent de jeunes du sexe opposé. Cela alimenta les légendes sur les succubes et les incubes. Ceux-ci sont sensés être l'union d'un esprit et d'un homme, qui, sous l'apparence féminine, charme les jeunes hommes et les tue après leur avoir fait l'amour, et sous la forme masculine, charme les jeunes vierges pour les tuer après les avoir déflorées. Aro, Caïus et Marcus décidèrent donc d'imposer leur loi, d'abord en Italie, puis partout dans le monde. Ils commencèrent par une ville qui était à l'époque rayonnante, mais gangrennée par plusieurs vampires. Ceux qui allaient devenir les Volturi transformèrent des soldats humains, se procurant ainsi des vampires plus forts, plus musclés et mieux entraînés que la moyenne Ils attaquèrent avec leur armée surpuissante et surentraînée Volterra. Ils dominèrent la ville et s'installèrent rapidement dans des sous-terrains, faisant de leur armée une sorte de garde princière. Ces transformations de soldats humains devinrent rapidement une coutume. Les Volturi firent muter aussi des gladiateurs ou toute personne un tant soit peu bizarre. Aro pensait que ces derniers pouvaient peut-être posséder un don. En effet, le porte-voix des Volturi était obsédé par cette recherche de spécimen rares de vampires. Pendant toute sa vie, il collectionna ainsi des dons tous plus différents les uns des autres. Certains sont indispensables, comme son bouclier physique, ou la manipulatrice des relations qui garde une bonne entente entre tous ces vampires. La vie entre vampires n'est jamais facile. Il fut néanmoins souvent déçu par ses tentatives de découvertes de dons. Ils ne perdirent toutefois pas leur but ultime et, yout en complétant la collection d'Aro, les Volturi combattirent d'autres clans d'Italie puis d'Europe pour accéder à la domination dont ils avaient besoin pour faire respecter leurs lois. Toujours est-il que certains opposants perdurèrent. Ce fut le cas, enfin, selon la légende, de la Veuve Noire, et bien sûr, des rois bulgares. La première est mythique. D'après les "On-Dit", elle séduisit des vampires pour qu'ils créent une armée contre les Volturi. A chaque fois, elle échoua, mais ne fut jamais capturée. On dit qu'elle se cachait sous des mètres de glace pour échapper aux traqueurs des Volturi. Pendant leurs conquêtes, Aro et Caïus se trouvèrent des femmes, belles mais insignifiantes, et qui ne servaient qu'aux bas besoins des deux chefs. Marcus, lui, était éperdument épris de la belle Didyme, et celle-ci, n'appréciant guère la vie monotone et étouffante de Volterra, projetait de prendre son indépendance de son frère et de partir en amoureux avec Marcus. Celui-ci hésitait, il était vraiment très lié à ses frères, mais entièrement amoureux de Didyme. Ils étaient tous deux assez isolés du groupe, Aro usant de son influence pour ne laisser à sa soeur aucun allié. Bien sûr qu'il était au courant de leurs projets ! Et il réfléchissait à la façon de ne pas les voir se concrétiser. Il était trop attaché à Marcus pour le voir partir et devoir régner seul avec Caïus. Il était aussi attaché au chiffre 3. Trois comme les trônes de Volterra. Ce chiffre Trois est nécessaire: chaque décision est prise à la majorité. Si Marcus et Caïus ne sont pas d'accord, et c'est souvent le cas, Aro tranche. Si ils sont tous deux d'accord, il n'a même pas besoin de voter. A cause de tout cela, Aro planifia un évenement capital. La mort de Didyme, sa propre soeur. Il pensait que c'était la seule manière pour récupérer son frère. Fallait-il encore que cela ne parraisse pas être son oeuvre ! C'eût été trop dangereux ! Marcus aurait fort bien pu fuire. Il fallait donc créer une diversion qui l'éloigne de sa femme et qui puisse justifier le meurtre de celle-ci. Car entrer dans les défenses des Volturi et tuer une des vampire les plus protéger au monde n'était pas chose facile !! Aro ne trouva que deux solutions. La première consistait à laisser les épouses à Volterra, emmener une grande partie de la garde sur le front d'une guerre quelconque et d'acheter un groupe de vampires pour qu'ils attaquent Volterra et tuent Didyme. Deuxième option: emmener les épouses dans une bataille, arguant qu'elles ne seraient plus en sécurité à Volterra, la bataille nécessitant toute la garde. Puis, il fallait envoyer Marcus sur un autre front et tuer, dans la panique générale,de ses mains, Didyme. La première possibilité ne plaisait pas à Aro. Il y avait trop de risques extérieurs d'échec. L'attaque pouvait être repoussée, les vampires pouvaient trahir Aro et réveler les raisons de leur visite et le nom du commanditaire. Aro ne faisait pas confiance à beaucoup de monde, et cette tâche nécessitait une confiance absolue. Seuls quelques membres de la garde - un ou deux - avaient toute sa confiance pour quelque chose de semblable. Il se décida finalement pour la seconde option. Durant une bataille, il éloigna Marcus et la garde personnelle de Didyme, puis tua de ses propres mains sa petite soeur. Tout le monde, depuis, connait l'histoire,  sauf le pauvre Marcus. En effet, un vampire avait été reçu chez Aro, ayant le don de lire une partie de l'histoire d'un objet. Marcus lui donna le collier qu'il avait offert à Didyme et qu'il avait retrouvé sur les lieux de sa mort. Le vampire avait eu la vision de sa mort, mais, Aro, au fait de ces évenements, avait éloigné le vampire à temps. Celui-ci avait de toute façon menti à Marcus, de peur de se faire tuer par Aro. Depuis le triste jour où Marcus a eu le coeur brisé, il est devenu muet, apathique, éternellement malheureux. Comme vous vous en rendez compte, le pouvoir était monté à la tête de Aro, ainsi que du reste des Volturi,  malgré qu'au départ, leurs intentions étaient tout à fait louables. Les vampires ne doivent jamais apparaître aux humains. Seulement, au sein des Volturi, depuis quelques siècles, ce n'était plus cette loi qui prédominait. Le monopole du clan comme gardien de cette loi leur faisait se considérer comme une famille royale, et ils devinrent absolutistes. Ils éliminent les parasites rapidement et efficacement. N'importe quel fait, aussi mineur soit-il, peut leur servir pour détruire des vampires trop ambitieux. Et ne vous en faites pas, les personnes qui ont tué mon âme-soeur leur réveleront tout ce qui pourra les convaincre de nous détruire. C'est pourquoi je vous demande de m'obéir pour ne pas donner à ceux que nous allons combattre l'occasion de tous nous faire tuer, sans qu'ils se salissent les mains, et sans nous donner aucune chance.  »

 

 

         Ils avaient dégusté mon discours comme on déguste un mille-feuille et qu'on ne veut pas faire de miettes. Feuille après feuille, phrase après phrase, sans se presser, et en ressentant ainsi toutes les saveurs de la pâtisserie, de l'histoire. Tels des petits garçons bien élevés, ils attendaient avec espoir une suite. Celle-ci se fit quelques instants attendre. Il fallait que je trouve les mots pour exposer mon plan sans les rebuter. Je devais, implicitement, leur faire croire à un avenir aussi brillant que celui des vampires italiens. En même temps, ils n'étaient que des Nouveaux-Nés, un peu trop primaires pour comprendre la subtilité. Aussi, mon discours leur apportait une certaine évidence que même eux pouvaient comprendre. 

 

 

            « Voyez-vous, au Mexique, il existe des guerres depuis si longtemps que quelques fois, souvent même, les humains s'aperçoivent de quelque chose. Aussi, les Volturi, extérieurs à ces guerres, ont du mal à se faire obéir ici. Au départ, je ne voulais me venger que de ceux qui avaient tué mon âme soeur, mais j'ai confiance en vous, et je crois qu'il est temps que ces guerres cessent. Je crois que vous serez tout à fait capable de rétablir l'ordre. Vous êtes soudés - certes jeunes, mais je vous entraînerai - vous êtes musclés et surement stratèges. Vous me semblez vifs d'esprit, donc votre entraînement sera assez court. Vous me semblez vraiment aptes. Si vous voulez savoir dès maintenant comment nous nous y prendrons pour cesser ces guerres, je peux vous le dire, ou laisser cela à plus tard... » 

 

 

            « Allez-y s'il vous plait. » 

 

 

         C'était une voix mélodieuse, pleine de respect et de timidité. Je n'aurais pourtant jamais cru que la personne qui s'était exprimée était Lùca car, comme sa voix, il était pétri de timidité, et prendre la parole sans qu'on le lui demande ne lui ressemblait pas. Il était curieux, et surement était celui qui, mentalement, me faisait le plus penser à Jasper... Non. Il ne faut pas que je me mette à penser à Jasper, et aux concordances potentielles entre lui et chacun de mes quatre musiciens. Je ne suis pas une de ces adolescentes qui ne peuvent plus voir que leur premier amour brisé dans chacun des regards qu'un jeune homme un tant soit peu séduisant leur adresse. Aussi, je dois répondre aux quatre bambins qui me font face avant qu'ils ne me mangent toute crue, trop impatients pour attendre que je sorte de mes songes. 

 

 

            « Tu peux me tutoyer Lùca. Nous commencerons par des petits clans éloignés. Vous, les quatre chefs de guerre, commanderez chacun un groupe de soldats. Vous attaquerez à partir d'un point cardinal chacun. Le premier groupe attaquera sur le côté le moins protégé. Puis le second sur l'opposé, le troisième sur un autre et enfin, le dernier sur le point le plus protégé, qui sera délaissé. Vous entraînerez chacun votre propre groupe. C'est pourquoi, désormais, vous devez m'écouter, car vous devez apprendre à vous battre, mais aussi apprendre la manière d'enseigner à des Nouveaux-Nés à combattre. Enfin, quand nous aurons conquis le Mexique, vous serez mes rois. Et je serai votre Reine. Nous installerons la paix au Mexique, une paix durable et forte. »

 

 

         Serait-ce réellement possible ? J'en doute. Je ne crois pas qu'un jour, une paix durable naisse au Mexique. Nos créateurs étaient des guerriers, leurs créateurs en étaient aussi et ainsi de suite depuis plusieurs centaines d'années. Depuis, la venue de vampires sur ce continent en fait. Et même si nous réussissons à vaincre nos ennemis ou à les asservir, le pire risque deviendra la rébellion. Des volontés séparatistes soit parce que les libertés ne seront pas assez grandes, soit parce qu'au goût de certains dirigeants ou cadres, elles le seront trop. La gouvernance d'un territoire est la chose la plus difficile qui soit. Il faut du doigté, des connaissances sur les voeux de chaque "groupe", "classe" ou clan, de l'habileté et de la force de persuasion. Si on arrive à convaincre les membres de la communauté qu'on fait au mieux, on gagne. Il suffisait aussi parfois de détruire discrètement l'élément perturbateur, comme l'avait fait Aro. C'était ce que je n'avais pas été capable de faire avec Jasper lorsque je lui avais ordonné de tuer les Nouveaux-Nés trop vieux.

 

         Et puis, cette conquête posait un autre problème: comment se défendre efficacement ? La solution de repli systématique n'est pas la bonne, car avoir trop de Nouveaux-Nés ensemble provoque toujours des drames. La stratégie d'attaque reposait là-dessus: en séparant les Nouveaux-Nés en quatre (voire cinq) groupes, on pouvait ainsi en garder quatre fois plus. Alors, garder les Nouveaux-Nés séparés était-elle la bonne solution ? Pas forcément, car les cinq chefs doivent être réunis, et s'ils abandonnaient leur poste de chef de groupe de Nouveaux Nés, ceux-ci pouvaient s'entre-tuer, se faire tuer ou se laisser convaincre par des ennemis de les rallier. Alors former des "sous-chef" responsables de groupes ? Cela incluait forcément d'engager des personnes de confiance. Car des sous-chefs auxquels on ne demanderait pas l'avis mais qui seraient obligés de faire le "sale boulot" risquaient d'être des vampires en position de se rebeller et, avec leurs groupes de Nouveaux-Nés, de nous renverser. La position défensive est la plus difficile, et c'est pourquoi nous devons attaquer continuellement. vers le sud. Jamais vers le Nord. Le Nord, je ne sais pas comment je leur expliquerai, est une zone sans combat. Nous ne devons pas attaquer le Nord. 

 




N'oubliez-pas de laisser vos commentaires à la suite et de voter au sondage concernant l'histoire des Volturis ici**
Merci

** Résultats du sondage (vous pouvez encore donner votre avis à la suite): 
A la question " Comment trouvez-vous l'histoire des Volturi ?"
2 lecteurs (100%) ont répondu:  « Je ne me serais pas attendu(e) à ça, et c'est bien raconté
Les autres réponses possibles étaient:: 
  • « Telle que je l'avais imaginée, ou presque et bien racontée. 
  • « Telle que je l'avais imaginée, ou presque, mais assez mal racontée. 
  • « Je ne me serais pas attendu(e) à ça, mais c'est assez mal raconté. 
  • « Totalement irréaliste, mais bien racontée. 
  • « Totalement irréaliste, et assez mal racontée. 
Commentaires (4)

1. Focus+ (site web) 05/02/2010

Oui, on est d'accord... Bah, pour les soldats, ce n'était que la bataille pour avoir Volterra, Aro n'avait pas vraiment le temps et le pouvoir de chercher des dons...

Mais nous sommes bien d'accord en ce qui concerne le don de Marcus...

Et oui, quand quelque chose vous déplait, je vous harcèle pour que vous m'expliquiez quoi... En clair, si vous voulez être tranquilles: postez des commentaires disant que c'est génial (a) !

P.S.: Ouhla, j'ai un chapitre 5 assez maigre, va falloir que je l'étoffe --'

2. Héloïse 05/02/2010

Ah ben oui xD Ça oui... Enfin je vois Aro légèrement plus subtile. Du genre chercher des dons pour ses gardes qu'il veut garder, et des soldats qui seront destinée à mourir à la guerre. Enfin pour le coup disons que c'est la même technique que les mexicains (il a montré l'exemple :P ).

Pour Marcus oui j'avais pas compris. Parce qu'Aro trouve son don indispensable. Déjà pour savoir ce qu'il se passe dans son clan sans devoir toucher tout le monde. Et ensuite pour les bataille. Marcus peut voir du premier coup d'oeil qui est le chef des ennemis par la soumission des autres soldats, ou même qui serait prêt à trahir l'ennemi pour les Volturi. Enfin Marcus est plus qu'indispensable xD

Et de rien ^^ Je sais que tu n'es pas contre les critiques et que tu préfères savoir quand il y a un truc qui plait pas à tes lecteurs :P

3. Focus+ (site web) 05/02/2010

Ahhh, tu as dû mal me comprendre... C'est Marcus qui mésestime son don, pas Aro.

Ensuite, pour les soldats et gladiateurs, je pensais que ce serait évident: il ne cherche pas de don, mais des muscles ! Des personnes déjà entraînées et musclées étant humains sont précieux en temps de guerre, après avoir subi une transformation... Aro ne cherche pas en eux des dons, mais des soldats forts comme Emmett, ou comme Félix dans la garde "contemporaine"...

Ces deux faits ne sont pas pour moi si faux, car Marcus mésestime réellement son don, il ne voit pas pourquoi Aro veut le garder à tout prix... Et Aro est assez intelligent pour savoir qu'un humain fort au combat fera un vampire encore plus fort au combat x)

Mais dis tout ce qui te passe par la tête ! Merci d'avoir lu en tout cas, et d'avoir commenté (;

4. Héloïse... 05/02/2010

Aïe aïe aïe... Personnellement pour moi il y a plein de truc que je trouve pas bon pour les Volturi... Déjà le don de Marcus n'est pas mésestimé xD Et ensuite... Des gladiateurs et des soldats transformés... Je pense pas qu'Aro puisse voir un quelconque dans ce genre de personne... Enfin à mon avis hein... Pour avoir un don faut avoir un minimum de cerveau, et quand on pense qu'à tuer et faire le spectacle comme un gladiateur... Bref... xD Pour moi c'est une partie de l'histoire qui n'est pas vraiment réaliste.

Sinon j'adore comme tu racontes ça évidemment :P Même si la vie des Volturi, je l'imaginais pas du tout comme ça xD

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.


Top partenaires

Doomby Dazzling Best RPG Vampire's Dawn Fanfic-Art
Belle Perle Argentée Cutly Deathly Hallows RPG Abbey Road 269 Point your pen
Fascination RPG Twilight Passion Fun Paradise Glimpse of Heaven Sandy Claws

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site